Capsules huileuses de Millepertuis bio

En stock !

Gélules de millepertuis

Des capsules huileuses de Millepertuis bio pour lutter contre la dépression légère de façon naturelle. 

Un complément alimentaire idéal pour soulager les sauts d’humeur et les maux de tête désagréables. 

Boîte de 100 capsules. Fabriqué en France.

+ de détails

Attention : dernières pièces disponibles !

19,90 € TTC

+19 Points de fidélité = 0,57 €


Origine et bienfaits des capsules de Millepertuis bio 

Origine du Millepertuis perforé

Le Millepertuis, aussi appelé “Hypericum perforatum”, était autrefois connu comme un “chasse diable” faisant fuir les mauvais esprits et les idées noires. Cette plante vivace est utilisée depuis des milliers d’années pour traiter la mélancolie, la dépression mais aussi pour soigner les plaies, brûlures et infections. 

Le Millepertuis perforé est connu de son apparence où ses feuilles donnent l’impression d’être percées de milliers de trous. Cette plante est reconnue en Allemagne depuis 1988 comme un antidépresseur naturel et efficace.

 

Bienfaits des capsules d’Hypericum perforatum 

Les capsules de Millepertuis ont un effet antidépresseur pour les dépressions légères et modérées. Elles agissent également sur l’anxiété et les troubles du sommeil. Ces capsules sont idéales pour les sauts d’humeur. Elles apaisent et aident à mieux vivre les instants délicats (moments de déprime, stress, anxiété…). 

 

Carte d'identité de l'huile de fleurs de Millepertuis bio.

Nom latin botanique : Hypericum perforatum.

Nom vernaculaire : millepertuis perforé, millepertuis commun, millepertuis officinal, St John's wort

Famille : Hypéricacées.

Partie utilisée : fleur.

Provenance : France.

Fabrication : Macération solaire de sommités fleuries de Millepertuis biologique dans de l'huile d'Olive vierge extra biologique.

Principaux composants :

Acides gras de l'huile végétale d'Olive choisie pour la macération

 

 

Quelle est la différence entre l’huile végétale bio de Millepertuis et les capsules de Millepertuis bio?

L’huile de Millepertuis bio est une huile végétale, présentée sous forme liquide, qui s’applique sur la peau. Elle a un effet anti-inflammatoire, cicatrisant et antiseptique. 

En revanche, la capsule de Millepertuis bio est un complément alimentaire, utilisée en phytothérapie, qui agit par voie orale. Elle a un effet anti-déprimant et elle permet de lutter contre l’anxiété, les maux de tête et les insomnies. 

Composition des capsules huileuses de Millepertuis 


INCI: Macérat huileux de Millepertuis* 320 mg (huile végétale de tournesol*, Hypericum perforatum*, huile essentielle de lavandula angustifolia*). Pour 1 capsule (gélatine* BIO) de 490 mg.  * Ingrédients issus de l’Agriculture Biologique.

Nos conseils d’utilisation et contre-indications des gélules de Millepertuis 

Prendre 2 à 4 capsules par jour pendant les repas. 

En complément alimentaire. 

Ne pas dépasser la dose journalière indiquée. Ne doit pas être utilisé comme substitut d’un régime alimentaire varié. A tenir hors de la portée des jeunes enfants. 

Apports journaliers (pour 4 capsules): 

1280 mg de macérat huileux de Millepertuis. 

Contre indications

Informez votre médecin en cas de prise simultanée de médicaments. Éviter l’exposition au soleil pendant les prises. 

Déconseillé aux femmes enceintes et/ou allaitantes. 

Pour les avis de nos client(e)s nous avons fait le choix de ne pas nous abonner à une société tierce. La gestion des avis est assurée par l'équipe de vanessences.fr.
Tous les avis sur cette page sont affichés par ordre chronologique.

Soyez le premier à donner votre avis !

L’avis de notre Docteur en pharmacie* sur les principes actifs du Millepertuis

*Vanessa Bozec, cofondatrice de vanessences.fr
  

Le millepertuis ou Hypericum perforatum L est efficace dans les dépressions légères à modérées, ses propriétés antidépressives sont dues principalement à l’hyperforine.

La sommité fleurie est inscrite à la Pharmacopée européenne de 2008, elle relève donc du monopole pharmaceutique. Elle est mentionnée dans la liste des plantes pouvant bénéficier d’un dossier d’AMM allégé selon l’indication « Traditionnellement utilisé dans les manifestations dépressives légères et transitoires ». En usage local, le millepertuis est utilisé pour le traitement des blessures, contusions, douleurs musculaires et brûlures.

Les effets indésirables du millepertuis sont rares et sont comparables à ceux d’un placebo. Le millepertuis est mieux toléré que les autres antidépresseurs. Il fait l’objet d’interactions médicamenteuses avec tous les médicaments métabolisés par le cytochrome P450 3A4 et la glycoprotéine P, avec les médicaments à marge thérapeutique étroite et avec les antidépresseurs inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine (ISRS). L’utilisation du millepertuis est donc recommandée dans les dépressions légères à modérées lorsque le patient ne prend pas d’autres médicaments ou lorsque son traitement ne contient pas de médicaments métabolisés par le CYP 3A4 ou la glycoprotéine P, de médicaments à marge thérapeutique étroite ou d’ISRS.

   

Le mécanisme d’action du millepertuis n’est pas complètement compris. Cependant les constituants biologiques actifs pourraient inclure l’hyperforine, l’adhyperforine, l’hypéricine, la pseudohypéricine, les flavonoïdes, les xanthones et les procyanidines.  L’activité antidépressive du milllepertuis pourrait être transmise par les systèmes sérotoninergiques, noradrénergiques, dopaminergiques, mais aussi par le moyen de l’acide γ-aminobutyrique (GABA) et le glutamate amino acide. Le mécanisme d’action du millepertuis semble être différent de ceux des antidépresseurs standards, il semblerait que ce soit une combinaison de plusieurs mécanismes. [1]

   

Action de l’hypéricine. L’hypéricine est en partie responsable de l’effet antidépresseur. L’hypéricine aurait également des propriétés antivirales. [2]

  

Action de l’hyperforine. L’hyperforine (flavonoïde) est actuellement la molécule principale responsable de l’effet antidépresseur du millepertuis. L’hyperforine, à des concentrations nanomolaires, inhibe la recapture des amines neuromédiatrices (sérotonine, dopamine et noradrénaline) au niveau des synapses. [3] 

[1] Hammerness, P., Basch, E., Ulbricht, C., Barrette, E.-P., Foppa, I., Basch, S., … Ernst, E. (2003). St. John’s Wort: A Systematic Review of Adverse Effects and Drug Interactions for the Consultation Psychiatrist. Psychosomatics, 44(4), 271–282. doi:10.1176/appi.psy.44.4.271
[2] Linde, K. (2009). St. John’s Wort – an Overview. Forschende Komplementärmedizin / Research in Complementary Medicine, 16(3), 1–1. doi:10.1159/000209290
[3] Bruneton J., Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales. Paris, Editions Tec & Doc, 2009, 4e édition, 523-531. 

Conseils associés